De la consommation à l’amour. Version 2/3

Vous paniquez. Vous êtes amoureuse. Vous paniquez.

Sous l’effet de la peur, plusieurs réactions sont possibles :

– respirer, se raisonner.
– la jouer « lapin pris dans les phares d’une voiture ».
– détaler
– agresser.

Pour canaliser tous ces sentiments naissants, vous vous focalisez sur les petits défauts de Monsieur, sur son humour décalé qui vous fait sourire systématiquement, sur sa maladresse si touchante, sur sa garde robe surprenante, sur ses ex qu’il trouve bien moins jolies que vous, sur vos ex qui ne lui arrivent pas à la cheville, sur son enfant plein d’esprit, sur son éducation douce et bienveillante.

Vous cherchez les problèmes et si cela ne suffit pas, vous en créez.

Les tensions apparaissent.

Il rencontre votre fils. Vous rencontrez son fils. Vous tombez amoureuse du papa.

Vous paniquez. Vous l’aimez. Vous paniquez.

Vous partez en week-end à Paris. Tout est parfait. La magie opère. Vous êtes sur la même longueur d’onde. C’est une évidence.

Vous aimez l’homme, vous aimez le père. Vous aimez ses défauts et dieu sait qu’il en a.

Tous les ingrédients sont réunis. Les planètes sont alignées. C’est une évidence et c’est possible. Et si cela s’arrêtait ? S’il vous quittait ?

Vous paniquez. Tous aux abris.

Vous pulvérisez la relation. Ce n’est pas un ver que vous introduisez dans la pomme mais des dizaines de vers. Vous pouvez leur donner des noms : bêtise, injustice, intolérance, méchanceté, panique, peur, protection, amour.

Il renonce. Il jette l’éponge. Ce que vous redoutiez le plus est arrivé, il vous rejette, il vous quitte, il vous fuit. Comment pourrait-il en être autrement ? Qui pourrait comprendre que vous ne pensiez pas ce que vous disiez ? Que vous paniquiez de trop aimer ? Quel homme pourrait vous pardonner ? Quel homme pourrait encore vous aimer ?

Vous paniquez. C’est terminé.

Je sais que vous n’êtes pas prêts… Alors, accrochez-vous, le pire arrive ! Pathos mode ON enclenché !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *