Julio : celui qui était cohérent. (Part 1)

Oh le joli profil sur Tinder. Et hop, un match !
Oh le joli profil sur Happn. Et hop, un crush !

Youhou ! Cohérence ! +1 pt

Analysons le profil à présent.

Petite description sympathique. 1m93, mmmm, séance d’escalade en perspective. Photos magnifiques mais qui laissent penser que Monsieur est roots et aime faire dans le social. Vous savez, le genre de personne qui voyage pour aller à la rencontre des autres, pour échanger, le tout en formule sac à dos ? C’est beau, c’est louable, c’est émouvant. Sauf que moi, je suis plutôt hôtel 5 étoiles (ok, c’est faux. Je n’en ai absolument pas les moyens mais là n’est pas le sujet) et surtout, je n’aime pas les gens et encore moins les gens sur mes photos de vacances.

Nous entamons la discussion. Mais c’est qu’il a de l’humour ! Intéressant. Je le préviens quand même que cela ne mènera à rien. Il est jeune, il est beau, il est libre, il aime sortir, il aime faire du sport, il aime les voyages, les gens et les sacs à dos. Moi, je suis maman à plein temps alors niveau liberté et spontanéité, c’est plutôt le genre : « ne passez pas par la case de départ, ne touchez pas 20000 francs et allez directement en prison ». En plus, je suis vieille… La preuve, je parle en francs. Mais Julio aime parler et échanger donc il demande à voir. Le social, vous vous souvenez ?

Le rendez-vous est donc fixé. Au programme ? Une expo. Autant joindre l’utile à l’agréable.

A l’issue de la publication complète de cet article, vous serez libre de choisir si Julio est l’utile ou l’agréable.

Il est en retard. Je vais friser. Il commence bien le grand échalas !
Il apparaît enfin… Wahou… Quand même… il envoie du steak le Monsieur et comme je frisotais à peine, je lui ai de suite pardonné.

Expo remise à plus tard pour cause de « à partir d’ici, vous en avez pour 40 mn d’attente », on se serait cru à Eurodisney. Le délire. Il semblerait que Léonard de Vinci ce soit IN ou SWAG comme disent les jeunes !

Nous voici donc à la rue, obligés d’arpenter la ville à la recherche d’un bar qui voudra bien nous accueillir et nous enivrer.


Je vous passe les détails des paysages à couper le souffle, de la lumière tamisée et de la BO originale de notre rencontre dont sans aucun doute aurait fait partie « Dors min p’tit quinquin« … Car oui, vous l’aurez compris Julio est Ch’ti !!!!!! Et devinez quoi ? MOI AUSSI !

Vous ne connaissiez peut-être pas, je me devais d’éclairer votre lanterne.


Nous avons grandi à moins de deux kilomètres l’un de l’autre, nous fréquentions la même piscine, il faisait du judo dans le Dojo qui jouxte le gymnase où je faisais de la gym et nos grands-pères mangeaient tous les deux des rollmops. Des rollmops !!!! Je crois que vous ne vous rendez pas bien compte ! Des rollmops !! 15 ans que je n’avais pas entendu ce mot. Si ça, ce n’est pas un signe !

A ce stade de la rencontre, notre héroïne à la Marche nuptiale qui tourne en boucle dans sa tête.

Le suspens est insoutenable, « je le vois, je le sens, je le sais  » (coeur, coeur love Céline) : Ont-ils à nouveau tenté l’exposition De Vinci ? Ont-ils réussi à entrer ? Mais je préfère vous laisser profiter de cette parenthèse ch’timi.


2 réflexions sur “Julio : celui qui était cohérent. (Part 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *