Rupture.

Et hop ! Encore une rupture ! Encore une victoire de super CC.

Même si l’ex en question est, à mon sens, totalement instable, je m’interroge toutefois. En effet, ce n’est pas parce que nous tombons sur des abrutis* ou des personnes mal dans leur peau* que tous les reproches auxquels nous avons le droit lors de la rupture sont totalement infondés. Surtout lorsque ce sont toujours les mêmes reproches qui reviennent.

Dans ce cas, deux possibilités. Soit nos ex se connaissent et ont créé une association loi 1901 dont le seul et unique but est de déblatérer sur notre petite personne ou de pleurer notre perte. Soit, il y a un tout petit soupçon de vrai dans leurs élucubrations.

Maintenant, il s’agit de se remettre en question et surtout de se trouver des excuses ! Let’s go !

Quand pendant des années vous avez vécu une relation avec un des hommes les plus égoïstes du monde entier et de l’univers, un homme qui ne pensait qu’à lui, lui, son boulot, lui, son boulot et lui et que pendant ces mêmes années vous avez tout fait, tout donné, tout accepté. Quand pendant ces années, vous vous êtes totalement oubliée pour cet homme et que ces années se soldent par un divorce injuste et bien ensuite vous avez du mal à aimer et à donner.

Avec le recul, je me rends compte que la majorité de mes relations de ces dernières années étaient par intérêt  :

– besoin d’être hébergée

– envie de tester un nouveau restaurant

– envie de visiter un musée

– besoin d’un prêt

– besoin de faire des travaux

– me cultiver : des passionnés de musique, des amateurs d’art

– sortir au théâtre

– pour m’occuper, par ennui

– par luxure.

Bien sûr cela était plus ou moins inconscient, mais il faut admettre que c’est moche, moche, moche.


Finalement, l’envie, la complicité, les affinités, l’amour, ont peu guidé mes choix.


Je crois que c’est la base pour rater sa vie amoureuse.

*Abruti : homme ayant eu tendance à nous contrarier et à nous contredire.

*Personne mal dans sa peau : personne préférant se lamenter, se regarder le nombril et suréagir au lieu de faire de nous son rayon de soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *