Les signaux variés et contradictoires de ces messieurs.

And so what ?

Comment faire pour rater sa vie amoureuse quand ces messieurs envoient des signaux aussi variés que contradictoires ?

Enfin, contradictoires du point de vue d’une femme.

Je ne résiste pas à vous rencontrer le dernier exemple en date. C’est cadeau !

Je le rencontre, je souris, je ris. Il sourit, Il rit. On se revoit, on sourit, on rit. On passe la journée ensemble, on sourit, on rit, et on mange ensemble. Deux fois. Midi et soir. Il me propose de monter chez lui et ? Rien. Enfin si, quelques baisers dignes de puceaux boutonneux.

On se revoit le lendemain pour un café chez lui et ? Rien. Enfin si, quelques baisers dignes de puceaux boutonneux (bis).

Si vous avez suivi, nous en sommes à 4 rencards dont 1 qui a duré de 11h à 1h du mat et 2 chez lui.

On se revoit. Raclette chez lui en présence de ses enfants. L’aînée n’aime pas le fromage mais Monsieur impose la raclette car cela me faisait envie. A ce stade, il n’y avait pas que la raclette qui me faisait envie.

Les semaines s’égrainent… Nous finissons par consommer après avoir joué au Uno (oui, oui, vous avez bien lu, au Uno… passez-moi une corde !) de trop longues heures et vidé 1 litre de rhum (si ce n’est pas triste de devoir alcooliser un homme pour pouvoir enfin user et abuser de son corps.) Tout se passe bien.

Et là, c’est la drame : « Je t’apprécie mais j’aime encore ma femme ». Plus tard, il me dira que cela fait un an qu’il ne l’aime plus.

Je lui propose de partir en week-end. Il me propose de partir en vacances.

La relation se poursuit. Il me présente ses amis. On ne se voit pas plusieurs jours. Je ne lui manque pas mais il pense à moi. Nous poursuivons. Les fêtes sont là. Il a la gentillesse de passer voir mes boules de poils. A mon retour, au pied du sapin, des paquets, un pour ma progéniture et deux pour moi.  L’attention est aussi délicate que surprenante.

Je vous passe la fin de l’histoire qui est à lire ou à relire dans l’article La fausse bonne idée.

PS : on me dit à l’oreillette de préciser que lors du rencard 3 (11h-1h pour ceux qui n’auraient pas suivi), Monsieur avait le bras dans le plâtre, il paraît que c’est une bonne excuse ou raison (tout est question de point de vue) pour se comporter comme un ado timide qui découvre les choses de l’amour.

And so what ? Qu’est-on censée comprendre ? Faut-il se fier aux paroles, aux gestes, aux regards, aux actes ?

Des exemples, j’en ai une multitude. En voici un petit florilège.

– Entre nous ce n’est que du sexe mais si tu dors mieux quand je suis là, je peux venir.

Je vous entends déjà : « il espérait quand même tirer son coup ». Et bien non, même pas. Ça en est presque vexant ! 😉

– Je ne t’aime pas, ce n’est que sexuel. Ah, tu es indisposée ? Pas grave, on discutera.

– Je t’aime mais je te trompe.

Courant mais toujours aussi surprenant.

– Je t’aime mais je te frappe.

Un peu illégal, je vous l’accorde.

– Je suis bien avec toi. J’ai des sentiments pour toi. Mais je te quitte.

Ne cherchez pas la logique, il n’y en a pas.

– Je t’aime mais je fonds en larmes en plein coït car mon ex me manque.

Là, j’avoue être restée sans voix et c’est suffisamment rare pour être noté.

– Je n’ai pas envie de toi, tu ne me fais aucun effet. Cette assertion aurait pu être crédible, possible, plausible et même crue si… elle n’avait pas été accompagnée d’une érection.

OK, mais visiblement ton corps et toi n’êtes pas du même avis.

C’est à en perdre notre latin !

Bref.

Messieurs, je connais de très bons psys, surtout n’hésitez pas à me demander leurs coordonnées.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *